Particules fines

Particules fines

Les matières particulaires se classent en fonction de leur taille, en raison essentiellement des effets particuliers sur la santé associés à des particules de diamètres différents. Les matières particulaires représentent le terme général pour désigner un mélange de particules microscopiques et de gouttelettes liquides dans l'atmosphère. Elles comprennent les aérosols, les fumées, les émanations, les poussières, les cendres et le pollen. La composition des matières particulaires varie en fonction de la zone géographique, de la saison et des conditions atmosphériques. Les particules fines sont des matières particulaires qui ont un diamètre de 2,5 micromètres ou moins. On les appelle aussi PM2,5 ou particules respirables, car elles pénètrent dans l'appareil respiratoire plus profondément que les particules plus grosses. En Ontario, les PM2,5 se composent surtout de particules de soufre et de nitrate, de carbone élémentaire et organique, et de terre.

Sources de particules fines

Les PM2,5 ont surtout pour origine des réactions chimiques dans l'atmosphère et la combustion de carburant (véhicules motorisés, production d'énergie électrique, installations industrielles, foyers domestiques, poêles à bois et brûlage des résidus agricole). En Ontario, des quantités considérables de PM2,5 viennent des États-Unis. Durant les épisodes de fortes concentrations de polluants, plus de la moitié des particules fines présentes dans la province proviennent de ce pays.

Émissions à partir d'une source ponctuelle, zonale ou mobile, estimations pour 2012

Graphique : Émissions à partir d'une source ponctuelle, zonale ou mobile, estimations pour 2012

Émissions à partir d'une source ponctuelle, zonale ou mobile, estimations pour 2012
Catégorie Pourcentage
Rejets domestiques 39%
Autres moyens de transport 19%
Autres procédés industriels PM2,5 15%
Fonderies/métaux de première fusion 11%
Secteurs divers 8%
Industrie du ciment et du béton 5%
Véhicules routiers 3%

Remarque : 2012 est la dernière année d'inventaire complet. Les rejets peuvent être revus après la mise à jour d'une source/de l'information sur un secteur ou de la méthodologie d'établissement des prévisions.

Environ 39 % et 22 % des PM2,5 émises en Ontario en 2012 étaient attribuables aux rejets domestiques et aux transports respectivement, tandis que d'autres procédés industriels comptaient pour 15 %. Parmi les sources moins importantes d'émissions de PM2,5, il y a les fonderies/métaux de première fusion, des sources diverses et l'industrie du ciment et du béton.

Effets des particules fines

Les particules les plus dangereuses pour la santé ont un diamètre de 2,5 microns ou moins. L'exposition aux PM2,5 peut entraîner l'hospitalisation et divers troubles graves de la santé, voire un décès prématuré. Les personnes qui souffrent d'asthme, d'une maladie cardiovasculaire ou respiratoire, ainsi que les enfants et les personnes âgées y sont les plus sensibles. Il a été déterminé que l'exposition aux PM2,5 peut être nocive pour la santé aussi bien sur de courtes périodes (p. ex., un jour) que sur des périodes plus longues (un an ou plus).

De plus, les particules fines causent des dégâts dans l'environnement, comme la corrosion, la souillure, des dégâts sur les végétaux, ainsi qu'une visibilité réduite.