Questions fréquentes


La qualité de l’air s’améliore-t-elle en Ontario?

La qualité de l'air s'améliore graduellement en Ontario depuis plusieurs décennies. Pour en savoir plus sur les tendances en matière de qualité de l’air en Ontario, veuillez consulter nos rapports annuels sur la qualité de l’air en Ontario, consultables à www.qualitedelairontario.com/press/publications.php.


Où trouve-t-on la meilleure qualité d'air et le moins de smog dans la province?

En général, plus on va vers le nord et l'est de la province, plus la qualité de l'air est bonne. Cependant, la formation et le déplacement du smog dépendent beaucoup des conditions météorologiques.

Les épisodes de smog qui sévissent en Ontario en été s'inscrivent dans un contexte météorologique régional qui couvre presque tout le nord-est de l'Amérique du Nord. Les niveaux d'ozone et de particules fines augmentent du fait des conditions météorologiques dans la région des Grands Lacs inférieurs. Ces conditions sont toujours associées à des cellules de haute pression qui se déplacent lentement dans la région et qui transportent sur de grandes distances, avec le flux d'air tiède du sud-ouest au nord-est, les polluants précurseurs de smog produits dans les États américains voisins où prévalent l'industrie et les zones urbanisées.

Lorsqu’on choisit le lieu où on va s’installer, il est important de tenir compte des sources locales de pollution atmosphérique. Par exemple, il est préférable d’éviter les zones industrielles ou proches des grands axes routiers. Les effets des émissions provenant des routes ou des axes routiers dépendent de divers facteurs : distance de la route, nombre de véhicules, volume de trafic (p. ex. circulation fluide ou bouchée) et direction des vents dominants.

En général, plus on s'éloigne d'un axe routier, plus la pollution baisse. Par exemple, les concentrations de polluants baissent de 60 à 80 % à une distance de 100 mètres d'une route. De plus, l'air est de meilleure qualité près des zones arborées, car les arbres filtrent


Qu'est-ce que la pollution atmosphérique?

Il existe de nombreux types de of polluants atmosphériques qui proviennent de sources diverses. Ceux qui nuisent le plus à la santé sont les gaz et les particules responsables des maladies cardiovasculaires et respiratoires. On les met souvent dans le même panier sous le terme « smog ».


D'où vient le smog?

Les polluants à l’origine du smog proviennent de la combustion de combustible fossile émanant des véhicules, centrales électriques, chaudières industrielles et logements. Ils sont aussi attribuables à divers procédés industriels, à l'évaporation de combustibles liquides, aux solvants, et à d'autres produits volatils, comme la peinture à l'huile. Ces polluants sont libérés lors des incendies de forêt, et émis par des sources naturelles comme les arbres, les marais et les volcans. En Ontario, le smog est causé en grande partie par des émissions locales et les polluants transportés par les vents depuis les États-Unis. Plus de la moitié du smog qui sévit en Ontario vient du sud de la frontière.


Comment prévoit-on un épisode de smog?

Les météorologues du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique et d’Environnement Canada utilisent des données en temps réel sur les niveaux de pollution qu'ils combinent aux données sur les conditions atmosphériques, la situation topographique et les sources d'émission pour prédire la Cote air santé. Ces données sont fournies par un réseau de 39 stations de surveillance de la qualité de l’air réparties dans la province. Ces quatre dernières années, le ministère a investi plus de 6 millions de dollars pour moderniser le réseau de surveillance de la qualité de l'air en Ontario et obtenir ainsi des données exactes et en temps réel.


Pourquoi les prévisions de la Cote air santé semblent-elles différentes à certains endroits?

En juin 2015, le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario et Environnement Canada signeront une entente pour la publication des prévisions de la Cote air santé pour la province de l’Ontario. En vertu de cette entente, les météorologues d’Environnement Canada prépareront les prévisions de la Cote air santé pour 17 localités de la province, notamment Windsor, London, Hamilton, St. Catharines, Burlington, Oakville, Mississauga, Brampton, Newmarket, Toronto, Oshawa, Peterborough, Kingston, Ottawa, Barrie, Dorset et Sault Ste. Marie. Les prévisions concernant les 16 autres localités viendront du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario. En janvier 2016, Environnement Canada assumera les prévisions de toutes les localités couvertes par la Cote air santé en Ontario. Au cours de cette transition, il y aura des différences entre les prévisions d’Environnement Canada et celles du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario. Environnement Canada émettra un indice de la qualité de l’air estimatif pour le jour même, la nuit suivante et le lendemain avec ses prévisions du matin, et pour la nuit suivante et le lendemain avec ses prévisions de l’après-midi. Le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario émettra des prévisions de la Cote air santé seulement pour la journée et le lendemain.


Quels sont les effets de la pollution atmosphérique sur ma santé et celle de ma famille?

Selon la durée de votre exposition, votre état de santé, vos antécédents génétiques et la concentration de polluants, la pollution atmosphérique peut avoir une incidence négative sur votre cœur et vos poumons. Elle peut :

  • rendre la respiration plus difficile;
  • irriter les poumons et les voies respiratoires;
  • aggraver des maladies chroniques, comme la maladie cardiaque, la bronchite chronique, l’emphysème et l’asthme.

Chacun réagit différemment à la pollution atmosphérique. Les enfants, les personnes âgées et celles souffrant de diabète, d’insuffisance cardiaque ou pulmonaire sont les plus vulnérables aux effets sur la santé de la pollution atmosphérique.

Les effets négatifs sur la santé augmentent en même temps que la pollution atmosphérique. De petites hausses de la pollution atmosphérique sur de courtes périodes peuvent aggraver les symptômes des personnes vulnérables.


Comment savoir s’il y a des risques pour ma santé?

Les personnes qui ont du diabète, une maladie pulmonaire (p. ex., bronchite chronique, asthme, emphysème, cancer des poumons) ou une maladie cardiaque (p. ex., angine de poitrine, antécédents de crises cardiaques, défaillance cardiaque congestive, arythmie ou rythme cardiaque irrégulier) sont plus sensibles à la pollution atmosphérique.

Les personnes âgées sont exposées à un risque plus élevé du fait de l’affaiblissement du système cardiaque, pulmonaire et immunitaire et du risque accru de problèmes de santé, tels que les maladies cardiaques et pulmonaires.

Les enfants sont plus sensibles à la pollution atmosphérique, car leur système respiratoire et immunitaire est moins développé. En outre, ils sont souvent très actifs et passent beaucoup de temps à l’extérieur, d’où une exposition accrue à la pollution atmosphérique.

Les personnes qui font du sport ou s’adonnent à des activités physiques intenses en plein air respirent plus profondément et rapidement, de sorte que les polluants pénètrent plus profondément dans les poumons. Elles peuvent avoir divers symptômes, dont irritation des yeux, du nez ou de la gorge, toux ou difficultés à respirer lorsque les niveaux de pollution atmosphérique sont élevés.


Que puis-je faire pour protéger ma santé et celle de ma famille? Où puis-je me renseigner sur les risques pour la santé de la pollution atmosphérique dans ma localité?

Vous pouvez mieux vous protéger et vos proches en connaissant les effets de la pollution atmosphérique sur la santé et en vérifiant la Cote air santé régulièrement pour savoir quels sont les risques associés à la pollution atmosphérique dans votre localité.

Pour vérifier la Cote air santé dans votre localité et en savoir plus sur la façon dont la pollution atmosphérique peut affecter votre santé, visitez le site Web du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique.

Nous pouvons protéger notre santé en modifiant nos comportements afin de réduire notre exposition aux polluants atmosphériques lorsque la qualité de l’air se détériore.

Les Ontariens peuvent décider s’ils sont vulnérables en fonction de leur âge, de leur état de santé et des activités auxquelles ils s’adonnent à l’extérieur, et s’ils ont des symptômes.

Lorsque l’indice indiqué par la cote air santé augmente, vous ou un proche pouvez décider si vous devez:

  • réduire ou reporter vos activités physiques en plein air;
  • surveiller des symptômes éventuels, comme une respiration difficile, la toux ou l’irritation des yeux;
  • suivre les conseils du médecin pour gérer des troubles de santé existants, comme, par exemple, une maladie cardiaque ou respiratoire.

Ils peuvent également interpréter la cote air santé comme un rappel de la nécessité de prendre des mesures en vue de réduire la pollution atmosphérique.


Qu’est-ce que la Cote air santé?

La Cote air santé est conçue pour vous aider à comprendre les effets de la qualité de l’air sur votre santé. Cet outil a été mis au point par des professionnels de la santé et de l’environnement afin de renseigner la population sur les risques pour la santé de la pollution atmosphérique.

Elle a pour but de vous aider à prendre des décisions pour protéger votre santé et l’environnement comme suit :

  • limiter l’exposition à court terme à la pollution atmosphérique;
  • modifier vos activités pendant les périodes de forte pollution et favoriser plutôt la pratique d’activités physiques les jours où l’indice est plus bas;
  • réduire votre contribution personnelle à la pollution.

La Cote offre des conseils particuliers aux personnes sensibles aux effets de la pollution atmosphérique, ainsi qu’à la population générale.


Quelle est la différence entre l’ancien Indice de la qualité de l’air et la Cote air santé?

La Cote air santé est une nouvelle approche de communication au sujet de la qualité de l’air qui offre des renseignements sur la santé plus fiables. Elle décrit le risque immédiat pour la santé des effets combinés du mélange de polluants atmosphériques (smog).

La Cote air santé est un outil personnel de protection personnel mis à la disposition de la population de l’Ontario, surtout les personnes les plus vulnérables : enfants, personnes âgées et personnes souffrant de diabète ou de maladie cardiaque ou pulmonaire. L’ancien indice de la qualité de l’air présente une échelle de valeurs entre 0 et 100+, dans laquelle les valeurs sont habituellement de l’ordre de 10-60 et une mauvaise qualité de l’air est reflétée par des valeurs supérieures à 50. La Cote air santé utilise une échelle simplifiée de 1 à 10+ et trois catégories de risque : faible, modéré et élevé.


Quand a-t-on arrêté de diffuser les données de l’Indice de la qualité de l’air en Ontario?

En juin 2015, en association avec Environnement Canada, le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario a adopté la Cote air santé nationale pour publier des données sur la qualité de l’air en Ontario.


Où puis-je trouver les données de l’ancien Indice de la qualité de l’air?

Les données de l’ancien Indice de la qualité de l’air (IQA) sont disponibles pour les années 2007-2014: Les données de l’ancien Indice de la qualité de l’air (IQA)


Que révèle la Cote air santé sur les risques associés à la qualité de l’air?

La Cote air santé est mesurée sur une échelle allant de 1 à 10+ pour indiquer le niveau de risque pour la santé associé à la qualité de l’air locale. À l’occasion, lorsque le taux de pollution atmosphérique est anormalement élevé, le chiffre peut être supérieur à 10.

Plus le chiffre est élevé, plus le risque pour la santé est grand, et plus il faut prendre des précautions.

La cote propose des indices en fonction de trois niveaux de risque pour la santé : faible, modéré, élevé ou très élevé, puis suggère les mesures qu’on peut prendre pour réduire l’exposition aux polluants.

Elle produit aussi des prévisions de la qualité de l’air pour le jour même et le lendemain, et des conseils pour protéger la santé en conséquence.

La cote ne mesure pas les effets sur la santé des odeurs, du pollen, de la poussière, de la chaleur ou de l’humidité.

Vous pouvez peut consulter la Cote air santé pour vérifier la qualité de l’air dans votre localité avant d’aller au travail ou de pratiquer une activité à l’extérieur. Vous pouvez aussi utiliser les prévisions pour planifier vos activités pour l’heure qui suit ou le lendemain.

Les personnes âgées, les enfants et les personnes diabétiques ou souffrant de maladie cardiaque ou pulmonaire peuvent utiliser la cote pour évaluer le risque immédiat de la pollution atmosphérique sur leur santé et agir pour réduire ce risque.

Vous pouvez consulter la cote même si vous êtes en bonne santé et actif afin de décider quand et dans quelles conditions vous pouvez faire du sport ou travailler dehors.


Comment puis-je utiliser la Cote air santé?

Le tableau suivant contient des messages pour les personnes vulnérables et la population générale pour chaque catégorie de risque.

Les messages pour les personnes vulnérables et la population générale pour chaque catégorie de risque
Niveau de risque Cote air santé Messages relatifs à la santé
Population vulnérable* Population générale
Faible 1 - 3 Poursuivez vos activités habituelles en plein air. Qualité de l’air idéale pour les activités physiques de plein air.
Modéré 4 - 6 Songez à réduire ou à reporter les activités physiques intenses en plein air si vous éprouvez des symptômes. Nul besoin de modifier vos activités habituelles en plein air à moins d'éprouver des symptômes comme la toux et une irritation de la gorge.
Élevé 7 - 10 Réduisez ou reportez vos activités physiques intenses en plein air. Les enfants et les personnes âgées devraient également modérer leurs activités. Songez à réduire ou à reporter vos activités physiques intenses en plein air si vous éprouvez des symptômes comme la toux et une irritation de la gorge.
Très élevé Supérieur à 10 Évitez les activités physiques intenses en plein air. Les enfants et les personnes âgées devraient aussi éviter de faire des efforts physiques intenses. Réduisez ou reportez vos activités physiques intenses en plein air, particulièrement si vous éprouvez des symptômes comme la toux et une irritation de la gorge.

* Les personnes qui ont des problèmes cardiaques ou respiratoires courent davantage de risques. Suivez les conseils habituels de votre médecin sur l’activité physique et la façon de gérer votre état de santé.

* Les personnes qui ont des problèmes cardiaques ou respiratoires courent davantage de risques. Suivez les conseils habituels de votre médecin sur l’activité physique et la façon de gérer votre état de santé.


Comment la Cote air santé se présente-t-elle?

La Cote air santé est une échelle qui présente un chiffre de 1 à 10+ afin d’indiquer le niveau de risque pour la santé associé à la qualité de l’air.

Cote air santé catégories, valeurs et couleurs associées
Cote air santé catégories et valeurs
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
+
Risque faible
(1 - 3)
Risque modéré
(4 - 6)
Risque élevé
(7 - 10)
Risque très élevé
 

Les scientifiques ont créé l’indice en estimant les variations quotidiennes du risque de mortalité pour 10 villes entre 1998 et 2000 et en les notant sur une échelle de 10 points.

Plus le chiffre est élevé, plus le risque est grand et plus il est nécessaire de prendre des précautions.


Quelle est l’échelle de la Cote air santé?

La Cote air santé est mesurée selon une échelle allant de 1 à 10+ :

  • 1-3 = risque faible
  • 4-6 = risque modéré
  • 7-10 = risque élevé
  • 10+ = risque très élevé

Pourquoi Environnement Canada ne montre qu’un seul numéro pour Toronto, Windsor, Hamilton et Ottawa, alors qu’il y a un numéro pour chaque station sur ce site?

Dans les régions de la province où il y a plusieurs stations de surveillance de la Cote air santé, Environnement Canada diffuse et prédit un indice local, qui est produit en calculant la moyenne des données produites par chaque station de surveillance de la qualité de l’air. Par exemple, la valeur produite par Environnement Canada pour Toronto repose sur les mesures prises par les stations de surveillance de la qualité de l’air du centre-ville, de Toronto Est, de Toronto Nord et de Toronto Ouest. L’Ontario diffuse les valeurs de la CAS values pour chaque station et adopte les prévisions locales fournies par Environnement Canada.


Comment calcule-t-on la Cote air santé?

La formule mise au point pour calculer la Cote air santé repose sur les recherches menées par Santé Canada à l’aide des données sur la santé et la qualité de l’air recueillies dans les grandes villes du Canada.

La Cote air santé a été conçue pour donner une indication du risque relatif pour la santé de certains polluants atmosphériques. Trois polluants particuliers ont été choisis comme indicateurs de la pollution globale :

  • Ozone au sol (O3)
  • Particules fines (PM2.5)
  • Dioxyde d’azote (NO2)

En Ontario, la CAS tient aussi compte des comparaisons horaires des concentrations de polluants individuels avec les critères de qualité de l’air ambiant de l’Ontario (CQAA).

Si les concentrations horaires de polluants atmosphériques dépassent les CQAA de l’Ontario, et si la CAS se situe dans la catégorie de risque faible ou modérés, le niveau de risque est modifié et devient élevé ou très élevé. Cette modification s’applique aux polluants suivants :

  • Ozone
  • Dioxyde d’azote (NO2)
  • Dioxyde de soufre (SO2)
  • Monoxyde de carbone (CO)
  • Composés de soufre réduit total(SRT)

Si le niveau de risque est faible ou modéré (6 ou moins) et si la Cote air santé dépasse ce seuil, on le remplacera par un niveau de risque élevé ou très élevé (7 ou plus) :

  • 80 parties par milliard pour l’ozone
  • 200 parties par milliard pour le dioxyde d’azote
  • 250 parties par milliard pour le dioxyde de soufre
  • 30 partiws per million pour le monoxyde de carbone
  • 27 parties par milliard pour les composés de composés de soufre réduit totals

Peut-il arriver que la Cote air santé présente un risque élevé sans qu’un bulletin spécial sur la qualité de l’air ou avis de smog et sur la qualité de l’air ne soit émis?

Oui, cela peut arriver. Puisque le smog est étroitement lié aux conditions atmosphériques, il est impossible d’être toujours exact à 100 %. Par exemple, un système atmosphérique peut arriver en Ontario plus tôt que prévu ou changer de direction au dernier moment.

Un indice à risque élevé peut survenir alors qu'aucun bulletin spécial sur la qualité de l’air (BSQA) ou avis de smog et sur la qualité de l’air (ASQA) n’a été émis. Il est aussi possible qu’un indice à risque élevé ne se matérialise pas même si on a diffusé un bulletin spécial sur la qualité de l’air (BSQA) ou un avis de smog et sur la qualité de l’air (ASQA). .


Où puis-je avoir des renseignements sur la qualité de l’air?

  1. Sur ce site : http://www.qualitedelairontario.com. Ce site diffuse les indices et les prévisions de la Cote air santé (CAS), les données sur la pollution atmosphérique ambiante ainsi que des renseignements sur les mesures qui peuvent être prises lorsqu’un bulletin spécial sur la qualité de l’air (BSQA) ou d’un avis de smog et sur la qualité de l’air (ASQA) est émis
  2. Sur le site Web d’Environnement Canada, www.ec.gc.ca/cas-aqhi/, où sont affichés les indices et les prévisions de la CAS, ainsi que des informations sur les BSQA ou ASQA qui ont été diffusés.
  3. Vous pouvez vous abonner au service Alertez-moi d’Environnement Canada à https://ecalertme.weather.gc.ca pour recevoir un courriel automatique lorsqu’un BSQA ou un ASQA est émis dans les régions que vous choisissez. Cela vous permettra aussi, si cela vous intéresse, de recevoir d’autres avis relatifs aux nombreux types de surveillance, d’avertissement ou de déclaration diffusés par Environnement Canada.
  4. Par téléphone : Vous pouvez obtenir les indices de la CAS au moyen de messages enregistrés en composant le 1 800 387-7768 (sans frais) ou le 416-246-0411 à Toronto. Pour avoir les indices en français, faites le 1 800 221-8852.
  5. Par la radio et la télévision : Le MOECC collabore depuis de nombreuses années avec les médias de la province afin d’informer la population des conditions de smog. Cela restera une méthode essentielle de communication de l’information sur le smog et les mesures à prendre pour en réduire les émissions.

Où puis-je obtenir des données sur les concentrations horaires de polluants?

Le site Web du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario (MOECC) permet aux utilisateurs d’accéder aux données sur les concentrations horaires de polluants fournies par les stations de surveillance de la qualité de l'air ambiant. Les données, qui comprennent l’information des stations et sur les polluants, sont disponibles en format .HTML et/ou.CSV qui peut être importé directement dans un fichier Excel ou un autre tableur. L’outil est accessible à : http://www.qualitedelairontario.com/history/


Comment mesure-t-on les PM2,5 en Ontario?

En 2002, l’Ontario était la première province du Canada à incorporer la surveillance en temps réel des PM2,5 à l’échelle du réseau de surveillance de la qualité de l'air ambiant. Le ministère a mesuré les PM2,5 en temps réel avec l'analyseur TEOM 1400AB/SES de Thermo Scientific jusqu'au 31 décembre 2012. Les technologies utilisées pour mesurer les PM2,5 ont beaucoup évolué depuis dix ans. Les stations de surveillance mesurent actuellement les concentrations de PM2,5 en temps réel en utilisant l'analyseur SHARP 5030 de Thermo Scientific. Il s'agit d'une méthode de référence fédérale approuvée de catégorie III (Class III Federal Equivalent Method) telle que désignée par la United States Environmental Protection Agency en 2009. L'Ontario a testé l'analyseur SHARP dès 2009 et a adopté cette méthode en 2012 en même temps qu'Environnement Canada. En 2013, des analyseurs SHARP ont été déployés sur l'ensemble du réseau de surveillance de l'indice de la qualité de l'air de l'Ontario. .


Quel est l'effet de l'analyseur SHARP sur les concentrations de PM2,5 mesurées?

Le nouvel analyseur SHARP détecte des éléments supplémentaires sur les PM2,5, surtout quand il fait froid. Grâce à cette meilleure technologie, il est possible que les concentrations de PM2,5 mesurées soient plus élevées en hiver. Cela signifie que les mesures sont plus exactes et n'indique pas forcément que la qualité de l'air de l'Ontario a changé. L'air est le même; seule la méthode d'analyse est différente.


Pourquoi a-t-on modernisé le réseau de surveillance des PM2,5 en Ontario?

L'Ontario entend être à la fine pointe en matière de surveillance de la qualité de l'air et continue de s'appuyer sur un réseau de surveillance de l'air qui compte parmi les plus sophistiqués d’Amérique du Nord. La modernisation du réseau a été financée par Environnement Canada dans le cadre d'une initiative nationale ayant pour but de normaliser les méthodes de surveillance des PM2,5 au Canada et d’obtenir des données comparables. L'objectif est que tous les territoires de compétence emploient des analyseurs de PM2,5 approuvés au niveau fédéral d'ici 2013.


À quoi servent les bulletins spéciaux sur la qualité de l’air et les avis de smog et sur la qualité de l’air?

Ces bulletins et avis ont pour but d'avertir les personnes qui ont des problèmes respiratoires de ne pas s'exposer inutilement au smog et d’informer les sources importantes de pollution de songer, dans la mesure du possible, à diminuer leurs émissions et à demander l’aide de tout le monde pour atténuer le problème en réduisant certaines activités émettrices de smog.


Que dois-je faire si une alerte à la qualité de l'air et un avis de smog et sur la qualité de l'air sont diffusés?

Voici des mesures que vous pouvez prendre pour protéger l’environnement et votre santé :

À la maison

  • Conservez l’électricité toute l’année en réglant le thermostat de la chaudière ou du climatiseur, et en éteignant la lumière quand vous ne l’utilisez pas.
  • Ne laissez pas le moteur de votre voiture ou tout autre moteur tourner au ralenti pendant de longues périodes.
  • Réduisez l’usage d’engins à essence.
  • Ne tondez pas votre pelouse quand l’air est pollué.
  • Si possible, n’utilisez pas de produits à base de pétrole (peintures, solvants, nettoyants), car leurs composés organiques volatils contribuent au smog.
  • Évitez les activités physiques intenses en plein air quand il y a beaucoup de smog, surtout en fin d’après-midi. Ménagez-vous lorsque vous êtes dehors.
  • Si possible, restez à l’intérieur dans un endroit frais et climatisé.
  • Entretenez votre véhicule et faites-le réviser régulièrement, comme le recommande la notice du fabricant.
  • Limitez la quantité de bois que vous faites brûler dans votre foyer ou poêle à bois. Et n’utilisez que du bois sec.

Au travail :

  • Si possible, prenez les transports en commun ou marchez pour aller au travail.
  • Si vous conduisez, prenez des passagers; encouragez et facilitez le covoiturage.
  • Évitez les voies engorgées.
  • Communiquez par téléconférence au lieu de vous déplacer pour aller à une réunion.

Comme toujours, consultez votre médecin pour obtenir des conseils médicaux sur la façon de faire face à la qualité de l’air.


Quelle est la différence entre un bulletin spécial sur la qualité de l’air et un avis de smog et sur la qualité de l’air?

Si on prévoit que la Cote air santé sera élevée pendant une à deux heures, un bulletin spécial sur la qualité de l’air (BSQA) est alors émis. Le but est de prévenir les gens pour qu’ils soient vigilants et se protègent.

Si on prévoit que la Cote air santé sera élevé pendant au moins trois heures, un avis de smog et sur la qualité de l’air (ASQA) est alors émis.

Les bulletins et les avis sont émis conjointement par Environnement Canada et le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario.


Combien de bulletins spéciaux sur la qualité de l'air (BSQA) et d'avis de smog et sur la qualité de l’air (ASQA) a-t-on publiés au cours des années précédentes?

Si on prévoit que la Cote air santé sera élevée pendant une à deux heures, un bulletin spécial sur la qualité de l’air (BSQA) est alors émis. Le but est de prévenir les gens pour qu’ils soient vigilants et se protègent.

Si on prévoit que la Cote air santé sera élevée pendant au moins trois heures, un avis de smog et sur la qualité de l’air (ASQA) est alors émis.

Les bulletins et les avis sont émis conjointement par Environnement Canada et le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario.

Voici un résumé des BSQA et des ASQA émis pour l’Ontario depuis 2015 :
Année Nombre de BSQA émis pour l’Ontario Nombre d’ASQA émis pour l’Ontario
201570
2016101
201700

* compter du Mars 23, 2017.


Puis-je comparer les statistiques des BSQA ou des ASQA aux statistiques antérieures des alertes au smog?

Les bulletins spéciaux sur la qualité de l'air (BSQA) et les avis de smog et sur la qualité de l’air (ASQA) sont différents des alertes au smog qui étaient émises par le passé. Ces bulletins et avis sont émis en fonction de la Cote air santé, qui présente un risque immédiat pour la santé en raison des effets combinés du mélange de polluants atmosphériques (smog) et a une échelle simplifiée de 1 à 10+. Les alertes au Smog reposaient sur l’ancien Indice de la qualité de l’air qui avait une échelle de 0 à 100+ et reflétait les critères de qualité de l'air ambiant en Ontario (CQAA). Étant donné ces différences, on ne doit pas comparer les bulletins spéciaux sur la qualité de l'air et les avis de smog et sur la qualité de l’air avec les alertes au smog qui étaient émises par le passé.

Pour consulter les statistiques des anciennes alertes au smog, visitez Les avis de smog données.


Que fait l'Ontario pour améliorer et protéger la qualité de l’air?

L’Ontario est déterminé à faire sa part pour réduire les émissions et améliorer la qualité de l’air et y parvient au moyen de plusieurs programmes et initiatives, à savoir :

  • Analyse air pur – ce programme réduit les oxydes d’azote (NOX) et les composés organiques volatils (COV) en imposant l’analyse des émissions des véhicules et par le biais de contrôle de la Patrouille anti-smog
  • Élimination graduelle des centrales à charbon – L’élimination graduelle des centrales à charbon produit de meilleurs résultats que tout autre initiative de changement climatique entreprise en Amérique du Nord jusqu’ici. En 2014, l’Ontario était la première instance d’Amérique du Nord à éliminer le charbon comme source de production d’électricité. .
  • Exigences relatives au carburant plus écologique – le 31 mars 2014, l’Ontario a déposé un règlement relatif au diesel plus écologique, Règlement de l’Ontario 97/14 intitulé, “Greener Diesel – Renewable Fuel Content Requirements for Petroleum Diesel Fuel”. (en anglais seulement). En encourageant l’utilisation de carburants diesel plus écologiques, on contribuera à améliorer la qualité de l’air et à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports, la source d’émissions de gaz à effet de serre la plus importante et celle qui s’accroît le plus rapidement en Ontario.
  • Mise en œuvre du Plan d’action contre le changement climatique, qui comporte les objectifs suivants :
    • 6 % en deçà des émissions de 1990 d’ici à 2014;
    • 15 % en deçà des émissions de 1990 d’ici à 2020;
    • 80 % en deçà des émissions de 1990 d’ici à 2050.
  • Normes rigoureuses relatives à la qualité de l’air – établir et appliquer des normes de qualité de l’air pour au chapitre des polluants pour protéger les localités.
  • Énergie verte – Créer des sources d’énergie propres, comme l’énergie éolienne ou solaire afin de remplacer les centrales à charbon

Pourquoi la Cote air santé n’est-elle pas disponible dans ma région?

Le réseau ontarien de surveillance de l’air se compose de stations qui surveillent la qualité de l’air dans les zones urbaines, rurales, à proximité des routes et transfrontalières afin de produire des données exhaustives sur la qualité de l’air dans la province.