D'où vient le smog?

En Ontario, le smog résulte générale ment de la combinaison de polluants dans l'air, provenant des États-Unis, et de conditions atmosphériques défavorables. Toutefois, il y a aussi des sources locales de pollution qui peuvent aggraver les épisodes de smog. Les Ontariens peuvent aider à réduire l'effet du smog durant une alerte, par exemple en entretenant leurs véhicules, en conduisant moins, en évitant d’utiliser des tondeuses à essence et en réduisant leur utilisation des climatiseurs en été. Toutes ces mesures de protection de l'air sont utiles, notamment pour les personnes qui ont des troubles pulmonaires ou d’autres problèmes de santé.

L’ozone au sol, les particules fines et le dioxyde d’azote sont des polluants inclus dans le calcul de la Cote air santé (CAS). L'ozone au sol se forme quand les oxydes d'azote et les composés organiques volatils réagissent ensemble sous l'effet du soleil. L'ozone au sol est différent de l'ozone de la haute atmosphère qui protège la Terre des rayons ultraviolets nocifs du soleil. Les particules fines se forment aussi sous l’effet de réactions chimiques dans l’atmosphère et d’émissions directes. Toute combustion extérieure produit des oxydes d'azote, dont le dioxyde d’azote est une composante importante. La formation et le transport de l’ozone et des particules fines sont fortement tributaires des conditions météorologiques, tout comme les concentrations de dioxyde d’azote.

En Ontario, on observe générale ment des concentrations élevées d’ozone lorsqu’il fait chaud et qu’il y a du soleil, de mai à septembre, entre midi et le début de la soirée. Ces jours-là, les concentrations de particules fines sont souvent élevées, mais contrairement à l'ozone, elles peuvent rester fortes toute la journée et la nuit, et se produire tout au long de l'année. Le secteur des transports est le principal responsable des émissions d’oxydes d'azote (NOx) en Ontario, de sorte que les concentrations de dioxyde d’azote sont souvent plus fortes dans les villes où il y a beaucoup de circulation. Les périodes de stagnation lorsque les conditions météorologiques ne favorisent pas la dispersion des polluants se traduisent souvent par des niveaux élevés de particules fines et de dioxyde d’azote.

Carte montrant soufflée par le vent ozone venant de Mid - Ouest américain dans Sud de l'Ontario

Des quantités considérables d’ozone et de particules fines sont transportées en Ontario des États-Unis. Durant les épisodes de smog, plus de la moitié de l'ozone au sol et des particules fines en Ontario viennent des États-Unis. La carte ci-dessus indique la provenance du smog qui sévit au sud de l'Ontario durant les épisodes de smog. Par le passé, presque tous les épisodes de smog ont résulté des émissions polluantes provenant du Midwest des États-Unis.